Cette présence qui peut surprendre du Val-de-Marne et des val-de-marnais dans la Savoie trouve son origine en 1967, lorsque sous la présidence de Michel Germa Louis Bayeurte maire et conseiller général de Fontenay-sous-bois s’adressait en ces termes à l’assemblée départementale : « l’acquisition d’un flanc de montagne, équipé et aménagé pourrait être utilisé par les enfants des écoles pour les classes de neige, pour des centres de vacances pour des groupes de jeunes et pour les vacances familiales en faveur des adultes. Ces installations réalisées par le Conseil général favoriseraient la pratique démocratique des sports d’hivers et de la montagne en été». De cette déclaration à l’acquisition en 1971, puis à l’ouverture des villages en 1973, il a aura fallu 5 ans pour pouvoir offrir aux val-de-marnais des équipements qui permettent au plus grand nombre de partir en vacances à la montagne. Jean Franco, en Tarentaise, et Guébriant, en pays du Mont-Blanc, offrent espace, ensoleillement, aventure, repos, balades, jeux, excursions, rencontres, soirées animées…le tout dans un cadre naturel parmi les plus beaux d’Europe.

L’acquisition, puis la mise en service de ces deux équipements pour le Val de Marne, ont relevé d’un choix politique de démocratisation des loisirs pour tous qui ne s’est jamais affaibli au court de ses 40 années. Ces deux villages parmi d’autres actions du Département témoignent de notre engagement et de notre combat pour le droit aux vacances pour tous. Ainsi nos villages permettent, chaque année, à près de 10 000 val-de-marnais de partir en vacances. Il fallait être visionnaire en 1971 quand le Conseil général du Val-de-Marne a acquis le sanatorium de Guébriant pour imaginer que 40 ans après, ce lieu devienne un village de vacances 3 Etoiles accessible à tous. C’était alors un équipement para-medical de 192 places, isolé sur le plateau d’Assy. C’est aujourd’hui un village de vacances de 400 places au cœur du pays du Mont-Blanc. Il y a ici un panorama unique sur la chaîne du Mont-Blanc. Non loin de là s’étend la vallée de Chamonix, capitale mondiale de l’alpinisme. A quelques minutes du village, la station de Plaine Joux est idéale pour découvrir les joies de la glisse en famille.

Cette 3eme Etoile pour nos villages de vacances est en premier lieu une récompense pour tous ceux qui, au quotidien, font de ces lieux des endroits de villégiatures privilégiés pour les val-de-marnais. Dans les villages du Conseil général, ce sont des femmes et des hommes salariés du Conseil général qui permettent à chacun de passer de bons séjours. Je souhaite donc aussi à cette occasion leur témoigner ma reconnaissance pour la façon dont ils servent les politiques publiques du Conseil général.

Cette 3eme Etoile, c’est aussi une fierté pour tous ceux qui ont contribué par des combats politiques à inscrire la présence du Val-de-Marne dans ces montagnes, dans le respect des populations et du patrimoine local. Cette récompense est un hommage posthume a Michel Germa qui avait l’ambition d’offrir aux val-de-marnais un lieu de villégiature de qualité et accessible à tous.

En effet, alors que l’affairisme, la commercialisation à outrance du tourisme ont souvent défiguré la montagne, le conseil général a su construire, avec la population et ses élus locaux des partenariats fructueux qui font de nos villages des espaces intégrés dans la vie locale savoyarde. Ici en Savoie ou sur le territoire du Val-de-Marne, le Conseil général ne souhaite pas laisser le tourisme aux seules logiques marchandes avec les risques de dérives que chacun connaît. Le tourisme est, pour tous, une source d’ouverture aux autres et d’épanouissement individuel. C’est une activité profondément humaine qu’il faut sortir des logiques commerciales et de rentabilité à outrance.

Dans un contexte de crise économique et de remise en cause de l’action des collectivités locales, alors que le gouvernement veut supprimer les départements cette récompense pour nos villages témoigne de la qualité des politiques publiques que mène le Val-de-Marne. Si l’on s’arrête uniquement à ce domaine du droit aux vacances, avec nos deux villages de vacances, nous faisons la démonstration de l’utilité de nos politiques publiques qui permettent d’offrir aux Val-de-Marnais un accueil professionnel et chaleureux dans des conditions de séjour adaptées à tous. C’est aujourd’hui important de bien comprendre qu’une telle politique qui fut innovante en son temps, qui reste solidaire et utile ne pourra pas exister dans le cadre de la grande métropole que veut construire le gouvernement.

Le bouleversement territorial amorcé avec la loi créant autoritairement les métropoles privera de toute marge de manœuvre les collectivités locales, les transformant en rouages administratifs sans pouvoir d’action. C’est pourquoi je pense qu’il ne faut pas accepter que nos collectivités leurs action au service des populations soient sacrifiées sur l’autel de la réduction de la dépense publique pour répondre aux exigences de Bruxelles et financer les cadeaux offerts au patronat.