Bienvenue sur le blog de
Gilles Saint-Gal

Coups de coeur/coups de gueule

Fil des billets

Bonne année 2012 : maintenant place aux peuples

Apres une petite pause, mon blog repart pour une nouvelle année.
A tous mes lecteurs, je souhaite une très belle année 2O12.
Une année que j’espère plus juste, plus humaine pour toutes celles et tous ceux qui souffrent afin que nous puissions vivre ensemble plus solidairement.
Je fais le souhait que 2012 soit l’année qui nous permette de faire passer l’Humain d’abord.
C'est la raison pour laquelle je souhaite la victoire de la gauche lors des élections en 2O12 et que dans ce cadre je soutiens activement lors du 1er tour la candidature du candidat du Front de Gauche Jean Luc Mélenchon.
Il en sera bien sûr de même lors des élections législatives où j'apporterai mon soutien actif à tous les candidats du Front de Gauche,et notamment à Fontenay-Vincennes et St Mandé en participant activement à la campagne aux côtés de notre Candidate Nora Saint-Gal et de son suppléant J.F Voguet, Maire de Fontenay-sous-Bois.
Cependant "il y a un temps pour tout" ! dans l'attente de ces échéances à tous je vous adresse mon salut le plus amical, le plus chaleureux... et je joins a mes vœux les vœux de luttes et d’espoir du candidat du front de gauche à la présidentielle.

Jean-Luc Mélenchon : En 2012, prenez le pouvoir ! par PlaceauPeuple
 

Punir les pauvres : le retour

Le 17 novembre, le tribunal administratif de Melun a suspendu l’interdiction de fouiller les poubelles qu’avait pris Jacques Martin maire de Nogent-sur-Marne. Le tribunal a relevé « le caractère disproportionné de l’interdiction par rapport au trouble à l’ordre public ». Ceci aurait du être la fin judiciaire d’une triste initiative politique.

Mais voila que Monsieur Martin, trouve que cette décision est «une mauvaise plaisanterie» et souhaite donner une suite à ce mauvais film. Son orgueil (de classe?) le pousse à déclarer «je vais me pourvoir en cassation dans les jours qui viennent. Hors de question que je me replie en rase campagne» (1). Le voilà donc reparti dans son combat de classe pour éloigner de sa bonne ville ces salauds de pauvres qui n’ont pas d’autres choix que de fouiller dans les poubelles de Nogent-sur-Marne pour trouver de quoi vivre et s'habiller.

A la faute politique qui consistait à stigmatiser encore plus les victimes de la crise et qui n’a pas manqué de heurter de nombreux nogentais comme en témoigne le succès de la pétition lancée par la LDH, mon collègue conseiller général ajoute un péché d’orgueil en refusant de prendre acte de cette décision de justice qui lui offrait pourtant une porte de sortie.

Dans l'intérêt des nogentais et plus généralement des val-de-marnais qui sont dans leur grande majorité attachés à la solidarité et qui ne veulent pas être assimilés à cet entêtement du maire Nogent-sur-Marne, je ne peux que souhaiter que son entourage et une analyse plus fine des faits le poussent à revenir à plus de solidarité pour les plus faibles d'entre nous qui sont les victimes de la crise et à plus d’humilité dans la conduite de son action publique.

(1) Le Parisien du 23/11/11 propos rapportés par la journaliste Elsa Marnette

 

Disparition de Danielle MITTERRAND

Je viens d’apprendre avec une immense tristesse la disparition de Madame Danielle MITTERRAND.

Femme de combat, engagée dès son plus jeune âge dans la résistance contre l’occupant nazi, généreuse et de convictions, Danielle MITTERRAND était une grande dame éprise de justice, de solidarité et d’humain. Ses combats, elle les a menés partout dans le monde aux côtés des plus pauvres, des opprimés, parfois au péril de sa vie, au péril de sa santé. Comme lorsque avec d’autres elle a contribué a popularisé en occident la lutte des indiens zapatistes au Mexique.
marcos mitterrand

J’ai eu l’honneur et le plaisir de la rencontrer à de très nombreuses occasions dans le Val-de-Marne. Elle était encore présente en Val-de-Marne lors de l’édition 2011 du festival de l’oh au printemps dernier. Malgré la fatigue, elle avait tenu à participer à une rencontre autour de Vandana SHIVA et Pedro ARROJO à Vitry-sur-Seine pour préparer le forum mondial de l’eau qui se tiendra l’an prochain. Elle considérait l’eau comme un bien commun de l’humanité.

Ce lien fort avec notre département témoignait, je crois, de l’attention qu’elle portait aux actions que nous menons en Val-de-Marne dans le domaine de l’eau au service de l’intérêt général. Je garde de ses passages en Val-de-Marne le souvenir d’une femme chaleureuse, engagée et sincère. J’ai une pensée émue pour sa famille, ses proches et les membres de sa fondation a qui j’adresse mes plus sincères condoléances.

Je m’associe pleinement au voeu de mon ami Christian Favier, président du Conseil général qui « souhaite que le Val-de-Marne puisse rendre un bel hommage à sa mémoire, à ses engagements, non seulement en les poursuivant, mais aussi en donnant le nom de Danielle MITTERRAND à l’un des prochains équipements que nous réaliserons. »

 

«Est ce ainsi que les enfants meurent ?»

Rue de l'Observatoire dans le XIVe arrondissement de Paris capitale de la 5ème puissance mondiale, Mardi 1er novembre 2011, une femme vivant sous une tente avec son mari a accouché d'une petite fille, qui est décédée malgré l'intervention des secours.

Cette nouvelle me heurte profondément et je ne peux que constater une fois encore que les mots ne font pas une politique, surtout ceux de Nicolas Sarkozy, et que les actes politiques ont des conséquences que l’on ne peut effacer aussi facilement que le fait le gouvernement de Nicolas Sarkozy.

"Je veux, si je suis élu Président de la République, que d'ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid".

C'était en 2006, à Charleville-Mézières dans les Ardennes, le candidat à la présidentielle Nicolas Sarkozy promettait que s'il était élu, plus aucun sans abri ne dormirait dans la rue ou ne mourrait de froid...
Qu'il se rassure : ce bébé n’est pas mort de froid mais bien des conséquences d’une politique qui casse, jour après jour, tous les outils de solidarité de notre société.

C’est bien la politique du gouvernement Fillon-Sarkozy qui a endeuillé cette famille et qui, chaque jour, meurtrit des milliers de nos compatriotes.

Mercredi, en milieu de journée, j’ai entendu sur RTL le témoignage poignant du père du bébé, Miloud, Voilà ce qu’il nous dit

«Quand les contractions sont venues, j'ai vu ma femme pliée en deux dans la tente et elle m'a dit ; fais-le… j'ai commencé à la voir pousser, pousser et j'ai accueilli la tête du bébé et dès que la tête et les épaules étaient passées, après tout est sorti… Mais elle était inerte, j'ai fait 10' de bouche à bouche, tout, tout, tout… Et puis bon, on avait appelé les pompiers, mais trop tard, ils ne sont pas arrivés assez vite, ce n’est pas de leur faute,…. je ne dis rien………, mais bon, elle est… voilà, aujourd'hui ils nous signent les papiers de décès (...) On nous a toujours orientés vers le 115 ou d'autres organismes, mais bon on a trouvé porte close pratiquement partout. L'histoire elle est là, j'ai accouché ma femme et j'ai vu mon bébé, elle était morte.»

«On a trouvé porte close ...»

Pour une raison simple : elles sont toutes fermées par le gouvernement. Lundi 31 octobre, le secrétaire d’État chargé du logement, Benoist Apparu, fidèle lieutenant du chef de l'État, affirmait qu'"il n’y aura pas de places d’hébergement d’urgence supplémentaires cet hiver"
Ce drame est significatif de la politique menée actuellement en matière d’accueil et d’hébergement. Il témoigne de comment la réduction des moyens, cette fameuse RGPP, ne peut qu’engendrer des situations dramatiques comme celle ci.

Quelle est donc cette société dans laquelle on nous force à vivre et qui n’est plus à même de protéger les plus faibles d’entre nous ?
Ce n’est pas dans cette société la que je veux que nous vivions. C’est pour cela qu’avec les élus de la majorité départementale du Conseil général du Val-de-Marne aux cotés des personnels, je me bats pour que les départements puissent continuer à mener dans de bonnes conditions leurs missions sociales.
Je pense en particulier dans ce triste moment à notre combat en Val-de-Marne pour l’hébergement d’urgence.

Je peux que constater qu’en 2012, c’est aussi un choix de civilisation que nous aurons à faire.

 

"Salaud de pauvres"

"Dehors les pauvres" ! "Arrêtez de faire les poubelles"

Ca contrarie les riches-très- riches de Nogent Sur Marne...!
Ainsi donc à quelques encablures de Fontenay-Sous-Bois, ville solidaire, mixte ,à vivre pour tous il se trouve un Maire (celui de Nogent) pour interdire le glanage dans les poubelles de la commune...! Cette interdiction vaut aussi au sortir des marchés. Il vous en coûtera 38 EUROS si vous allez à la recherche de quelques fruits et légumes pour tenter d'améliorer votre ordinaire...!

QUELLE HONTE !

Quel mépris à l'égard de ceux qui souffrent qui n'arrivent plus à joindre les deux bouts pour eux et leurs proches.
J'ai la nausée devant tant de mépris...! Face à de tels comportements il faut s'indigner bien sûr...mais aussi (et peut-être surtout...) se révolter...!!
En attendant ce jour ou il faudra bien un jour que tous ces puissants nous rendent des comptes, que tous ceux qui souffrent à Nogent viennent faire un tour, en toute tranquillité à la fin du Marché vers 17h le Samedi Avenue de Verdun à Fontenay. Vous pourrez glaner quelques fruits et légumes,sans crainte et dans la dignité surtout.
Avec beaucoup d'autres je suis de votre côté résolument pour dire au maire de de Nogent et à ses amis que son monde n'est décidément pas le nôtre.

- page 2 de 12 -